Insonoriser sa maison avec succès

Il n’est jamais agréable d’être entouré de bruits extérieurs pour rester tranquille chez soi. Le bourdonnement constant du voisin d’en face et les cris des enfants qui vivent à côté, ou encore l’agitation de la circulation peuvent être un problème difficile à gérer au quotidien. S’il est impossible d’arrêter ces sons, il existe des moyens d’en atténuer l’impact. Comment pouvez-vous empêcher l’empiètement de ces nuisances sonores dans votre maison ? Nous vous proposons quelques conseils pour assurer l’insonorisation de votre maison.

Déterminez l’origine des bruits et les sources

Il s’agit d’une étape cruciale. Elle détermine le type de travaux à réaliser en termes d’insonorisation à effectuer. Il est important de savoir qu’il existe deux types de bruit, tous deux exprimés en décibels (dB). Il s’agit du degré d’intensité d’un bruit.

Les bruits aériens peuvent provenir de l’extérieur ou de l’intérieur de l’habitation. La principale différence est que leur source n’est pas directement en contact avec la structure du bâtiment de votre maison, contrairement aux bruits qui proviennent des structures. Ils sont dispersés dans l’air et provoquent des vibrations au niveau des sols, des murs et du plafond. Ils transmettent ensuite le son et font vibrer l’air de la pièce voisine. Il existe de nombreux types de sons aériens. Ils comprennent les voix, la télévision et les klaxons de voiture.

Les bruits d’impact sont ceux qui se produisent lorsque vous entrez en contact avec un mur ou une structure de votre maison. Par exemple, il peut y avoir des coups de marteau sur le mur ainsi que le bruit de pas ou d’objets qui tombent.

Voir :   Comment couper et poser des plaquettes de parement ?

Le niveau d’inconfort dépend de la source et de l’intensité du son. Il est important de déterminer la source et l’intensité du bruit pour prendre les mesures appropriées et déterminer si elles sont viables ou non.

Définir la tâche à accomplir

Il existe différents types d’insonorisation qui peuvent être réalisés en fonction du type de bruit. Si vous entendez des bruits aériens, il est possible d’utiliser un système d’insonorisation pour colmater les brèches. Une autre option consiste à remplacer les fenêtres et les portes par d’autres qui agissent comme des isolants acoustiques (fenêtres plus lourdes et plus robustes, portes à double vitrage et plus étanches, etc.) Pour réduire les bruits d’impact, vous pouvez choisir une sous-couche isolante au sol ou pour la construction de faux plafonds. Pour les murs, vous pouvez modifier vos revêtements pour en faire des isolants phoniques.

Il existe une variété de tâches qui peuvent être accomplies en matière d’insonorisation. Dans tous les cas, l’idée est la même : il s’agit de stopper la propagation des ondes sonores et des vibrations. Il est donc nécessaire de rechercher des produits et des équipements qui assurent une isolation acoustique. Ils sont conçus pour empêcher tout bruit d’entrer et de sortir de la pièce, par exemple, la laine de verre, les panneaux isolants ou le mastic acoustique.

Faut-il faire appel à un expert ?

Pour des modifications mineures, vous pouvez vous en charger vous-même en suivant quelques directives de base. En revanche, pour des travaux d’insonorisation plus importants, il est conseillé de demander l’aide d’un acousticien. Ce spécialiste travaille dans le domaine de la propagation du son. Son expertise et ses conseils solides vous permettront d’obtenir des solutions pratiques et durables qui répondent à vos besoins.

Voir :   Débouchage des canalisations : produit chimique ou naturel ?