Les différentes manières d’isoler une toiture plate

Les toits plats, souvent appelés “toitures plates”, sont de plus en plus populaires en raison de leurs avantages esthétiques et pratiques. Si son prix est élevé, il est suffisamment compensé par les économies d’énergie qu’il permet de réaliser. Ces économies sont principalement dues à une bonne isolation du toit et à une structure d’étanchéité efficace. Dans le cas d’une toiture plate, le facteur isolation ne doit en aucun cas être négligé. Cela peut se faire de différentes manières que nous allons aborder ci-dessous.

L’isolation traditionnelle, ou toit chaud

C’est la méthode la plus utilisée pour l’isolation des toits plats. Pour ce faire, on enlève l’extérieur, mais on laisse l’intérieur de la maison intact. De cette manière, les éléments porteurs de la toiture ne doivent pas être exposés aux conditions extérieures. Pour ce faire, on place l’isolation sur le toit. Cette opération est généralement suivie de l’installation d’un pare-air afin de fournir une double couche efficace de protection des parois du toit contre l’humidité.

Ainsi, l’isolant composé de mousse phénolique, de polyuréthane ou de laine de roche est placé entre le pare-vapeur et la membrane qui l’imperméabilise. Dans ce scénario, il n’est pas nécessaire de peser l’isolant.

Toutefois, ce type d’isolation est particulièrement dépendant de l’assistance d’un spécialiste comme Artisan Dibard, qui est un couvreur expérimenté résidant dans le 82.

La toiture froide

Cette deuxième méthode d’isolation est appliquée en travaillant par l’intérieur. L’isolant est positionné sous la toiture et laisse une lame d’air entre les deux constructions.

Voir :   Quelle fenêtre poser dans une cuisine ?

Bien qu’elle soit facile à exécuter et moins chère, cette technique n’est plus conseillée pour de nombreuses raisons. D’une part, la lame d’air favorise l’humidité et le développement de moisissures entre les murs. D’autre part, ce type d’isolation est directement exposé aux intempéries et aux conditions défavorables de la structure porteuse du toit, ce qui le rend plus vulnérable.

L’isolation inversée

Cette méthode d’isolation est unique et tout à fait particulière. Elle présente toutes les caractéristiques d’une isolation standard, mais inversée. En réalité, elle est toujours installée par l’extérieur. Cependant, dans ce cas, l’isolant est positionné au-dessus de la membrane qui imperméabilise. Cela signifie que l’isolant sera exposé aux éléments, puisqu’il est installé à l’extérieur du toit. Le lestage de l’isolant est donc essentiel. Pour ce faire, on utilise des matériaux comme des tuiles, des dalles ou du gravier, en veillant à la quantité de lestage afin de ne pas surcharger la toiture. Cependant, malgré sa nouveauté, cette méthode d’isolation de toiture plate n’est pas aussi efficace que la toiture chaude.

L’isolation mixte 2/3 chaud 1/3 froid

L’isolation mixte est un mélange de deux méthodes et se compose pour deux tiers d’une isolation classique, et pour le reste d’une toiture froide. Bien qu’elle ne soit pas très utilisée, elle combine deux avantages. Ses principaux avantages sont la suppression des ponts thermiques et la meilleure circulation de l’air entre les murs. Naturellement, comme il s’agit d’une technique extrêmement complexe et nouvelle, elle doit être réalisée par un couvreur compétent.

L’isolation végétale

Ce type d’isolation est unique, dans la mesure où il améliore l’esthétique et, surtout, l’aspect environnemental de la toiture. Cela la rend attrayante pour un grand nombre de personnes à l’heure actuelle. Notamment parce que les toits verts offrent la meilleure isolation, tant sur le plan thermique qu’acoustique. En outre, c’est que la végétation qui y est cultivée, notamment les plantes grasses, absorbe efficacement l’eau. Pour cela, il est nécessaire de poser d’abord une couche pour le drainage, puis une autre dite “filtrante” et enfin une couche étanche sur laquelle est posé le substrat.

Voir :   Comment prévenir les risques liés aux travaux de toiture ?