Les étapes à suivre pour casser un mur porteur

La rupture d’un mur porteur peut entraîner de graves problèmes, voire l’effondrement de votre maison. C’est pourquoi il est important de suivre les règles et les directives de l’art. Vous devriez faire appel à un professionnel pour suivre les règles à la lettre. Apprenez-en davantage sur les suggestions suivantes.

Commencez par une analyse de faisabilité

La première étape avant de briser le mur porteur est de déterminer s’il est possible de mener à bien cette entreprise. Il est préférable de consulter un architecte pour ce genre de situation. Il vous fournira tous les détails, y compris les conséquences que la modification pourrait entraîner. En outre, il veillera à ce que vous remplaciez les éléments porteurs que vous allez supprimer par une structure neuve et solide. Il est également possible de faire appel à un expert du BET (Bureau d’études techniques) pour réaliser correctement l’évaluation. Vous pouvez prendre rendez-vous avec un maçon qualifié pour effectuer la tâche.

Ne pas oublier de fixer les étais des étais

Cette opération est essentielle pour garantir la stabilité des derniers étages de la structure. Les étais sont généralement des piliers verticaux solides fabriqués en métal. Ils servent de support au linteau ainsi qu’à un mur. Pour réaliser le projet de l’ouvrage, ces éléments sont généralement posés sur des bastaings. Dans tous les cas, les étais sont indispensables avant de procéder à l’exécution des travaux. Par ailleurs, pour ne pas avoir de soucis, il est indispensable de faire appel à un professionnel expert dans le domaine de la maçonnerie. Vous obtiendrez ainsi des supports solides et robustes, bien adaptés à la situation particulière.

Voir :   Prêt construction maison : les solutions possibles

Le linteau IPN ne doit pas être envisagé

L’installation du linteau IPN est achevée après la fixation de l’étage supérieur. La poutre métallique est utilisée comme support pour les planchers qui se trouvent au sommet du mur que vous prévoyez d’abattre. Par conséquent, la structure doit être plus grande que 20 centimètres de chaque côté. Cela lui permettra d’être posée sur vos murs. Sachez que le scellement se fait uniquement avec du mortier ou un produit chimique. Il est également possible d’utiliser un système de bordures selon le type de caractéristique que vous souhaitez obtenir.

Le mur porteur peut être percé de manière adéquate.

N’oubliez pas les dangers auxquels vous vous exposez en tombant sur le mur. D’ailleurs, il est préférable de faire appel à un maçon qualifié et certifié comme sur ce site : https://www.maconnerie-95.fr/pour pour éviter tout accident. Par exemple, vous pouvez utiliser une disqueuse à la place de la masse. Cela permettra de maintenir le linteau stable et d’obtenir une finition de grande qualité. Sachez que le travail doit se faire lentement pour éviter de faire une erreur qui pourrait entraîner un effondrement. L’artisan est parfaitement conscient qu’il est important d’effectuer l’opération en commençant par le haut et en terminant par le bas.

Il ne reste plus qu’à enlever les étais.

Il est crucial de s’assurer que la NPI est sèche à la fermeture. Le maçon que vous choisirez d’engager s’occupera de tout jusqu’à la fin des travaux contrairement à ce que vous pourriez penser. Il enlèvera alors les étais tout en remplissant la zone des liteaux par du mortier. Il prendra également en compte les éventuelles imperfections qui pourraient apparaître dans l’ouverture nouvellement créée. Pendant ce temps, les ouvriers poseront le plâtre final avant d’enlever les rails de chaque côté. D’autres tâches de finition peuvent être envisagées si elles sont nécessaires.

Voir :   Les conseils en outillage pour travailler le fer